Francine Cathelain

Et je laisserai mes yeux voler

Je l’ai perdu.
Après, ne rien réussir à faire d’autre que marcher.
Traverser l’air, arpenter le vent. Happée par l’instant, le cœur chancelant, les pensées diluées.
Vertige aux secrets d’un Sud puissant et retiré. Au loin les villages prostrés dans le velours froid de l’hiver que les bourrasques ne peuvent dérider. Errances en creux sur les sentiers. Partout la montagne obscure qui sertit l’horizon.
Les sens se dégourdissent, se distendent. Antigravité du corps.
Le ciel est un berceau.
Se laisser frôler par des voiles presque sacrés, sans croire, mais percevoir, peut-être, une architecture céleste, un asile délicat.
Des mots se tressent, fragiles ligatures du vide. Un samedi vers midi.
Caresser l’histoire, l’étreindre. Tenter l’aube de l’infini souvenir.
Expirer mes peurs et dépasser l’ombre.

 

Prix Escourbiac/Fondation des Treilles 2023 pour la publication d’un livre, paru en septembre 2023 aux Editions Odyssée.

4
REFLETS
OISEAUX
NUIT ETOILES
CHAT 1
ETANG GRAIN DE PAILLE
D
6
17
Rivière à l'aube

©Francine Cathelain